Vous stressez avant un entretien d'embauche ? Voici des petites astuces pour ne pas perdre vos moyens... - Reliance-RH
16558
post-template-default,single,single-post,postid-16558,single-format-standard,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-16.7,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.5.2,vc_responsive
 

Vous stressez avant un entretien d’embauche ? Voici des petites astuces pour ne pas perdre vos moyens…

Vous stressez avant un entretien d’embauche ? Voici des petites astuces pour ne pas perdre vos moyens…


Par Priscilla Gout | Publié le 13/11/2014 – Mis à jour le 24/04/2019

Il est tout à fait normal d’être stressé avant un entretien de recrutement. Mais perdre vos moyens devant le recruteur peut vous faire passer à côté du job tant espéré. Voici nos conseils pour apprendre à gérer son stress avant et pendant l’entretien d’embauche.

10 conseils pour ne pas stresser en entretien d’embauche

Préparez correctement votre entretien

Bien relire votre candidature, l’offre d’emploi, faire des recherches sur l’entreprise, sur son actualité… Ajustez vos connaissances en fonction du poste que vous convoitez et prioriser vos recherches : croissance externe, communication, valeurs…

Anticipez les questions délicates

Pensez à préparer une réponse adéquate aux « reproches » éventuels qui pourraient être faits concernant votre parcours et vos points faibles afin de ne pas être déstabilisé. Cela montrera que vous avez un rapport sain avec toutes les étapes de votre parcours.

Faites une simulation

Entraînez-vous avec un proche prêt à jouer le rôle du recruteur. Cela vous aidera à visualiser l’entretien et à préparer vos réponses aux questions délicates. Vous pouvez même filmer cet entretien fictif avec votre smartphone pour mieux repérer vos forces et vos faiblesses ainsi que vos tics de langage, vos gestes parasites…

Reposez-vous et relaxez-vous avant

Rien ne sert de « réviser » toute la journée, c’est le meilleur moyen de stresser. Préparez quelques fiches mémo pour garder en tête les grandes lignes de votre présentation et relisez-les tranquillement avant votre entretien. Pour les plus angoissés, une séance de sophrologie la veille avec un professionnel peut s’avérer salutaire. Aux grands maux les grands remèdes !

Travaillez votre estime de vous-même

Si toutes les techniques de relaxation et de simulation d’entretien ne réussissent pas à venir à bout de votre stress, c’est votre confiance en vous qu’il faudra travailler, ainsi que votre estime de vous-même. Si une partie de votre parcours sur votre CV est source d’inquiétude, n’hésitez pas à retravailler celui-ci. Et si vous n’arrivez pas à sortir la tête de l’eau tout seul, sondez votre entourage pour  avoir un regard extérieur : vous saurez alors si vous vous inquiétez à tord ou à raison.

Faites un point « logistique » la veille

Vérifiez l’adresse et l’heure de votre rendez-vous est un bon moyen pour ne pas vous tromper et d’arriver en retard. Préparez également la tenue que vous comptez mettre, cela vous évitera de perdre du temps à chercher quoi vous mettre, surtout si votre entretien a lieu tôt dans la matinée. Vérifiez le temps de transport si c’est un trajet que vous connaissez mal et faites en sorte de pouvoir faire face à un imprévu, avec un plan B.

Respirez profondément avant l’entretien

Inspirez et expirez profondément et doucement par ventre dès les premiers signes du stress. Cette technique paraît banale mais elle est la base de la relaxation (en cours de yoga par exemple) et fonctionne si elle est bien appliquée.

Analysez la source de votre stress

Pendant que vous patientez en salle d’attente, « amusez-vous » à identifier les sources de votre anxiété. Ce n’est finalement pas l’entretien qui génère le stress mais les pensées négatives que les candidats développent autour. Dites-vous que vous n’avez rien à perdre mais tout à gagner ! Et c’est souvent la peur de la peur qui nous déstabilise : si vous « accueillez » votre stress, il pourrait bien s’en aller plus vite que prévu.

Restez concentré pendant l’entretien

Afin de ne pas perdre le fil. Parlez tour à tour avec votre interlocuteur. Stressé, le candidat peut en effet avoir tendance à monopoliser la parole de peur des « silences » dans la conversation. Prenez des notes si nécessaire, cela peut vous aider à clarifier certains points par la suite.

Soyez actif et non passif

Votre stress n’est pas causé par le recruteur, mais par vous-même et l’idée que vous vous faites de son jugement. Soyez vous-même, le plus sincère possible, et mettez en avant ce que vous pouvez apporter de positif à l’entreprise. Celle-ci n’a pas besoin de vous ? N’hésitez pas à lui demander pourquoi lors du refus afin bien comprendre vos éventuels points faibles et les travailler pour l’entretien suivant.